logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/08/2007

DEVOIR DE VACANCE.1966...ON CONTINUE

LAISSE BETON.Le petit berger devient maçon.

 6h1 /2 du matin. La mobylette rouge descendait heraime de son village natal jusqu’a Montbrison  ou se trouvait  l’entreprise de bâtiment de son frère Valery. C’est  là qu’heraime allait faire ses premiers pas dans le béton. Comme goujat.

 

C’est quoi un goujat ?celui qui inlas(sable)ment remplit la bétonnière de 350l de sable, ou de gravillon sableux et le mélange avec du ciment. A l’époque Valery n’avait pas de grue pour monter ces maisons individuelles, nous étions deux équipes de quatre ouvriers, nous menions donc deux villas en même temps.

Jean,le premier manœuvre allait m’apprendre les rudiments du métier. La bétonnière faisait entendre le ronronnement régulier de sa couronne dentée et le moteur Bernard tournait à plein régime.

On coupait en deux, à la pelle, un sac de ciment Lafarge, (toutes photos google)

medium_ciment.jpg

On lançait deux seaux d’eau dans le ventre de la bétonniere,

medium_betonn1.jpg

Une pelletée de gravillon pour Jean, une pelletée de ciment  pour heraime.Ras la gueule de la bétonnière .Quand celle-ci était pleine Jean prenait le volant et versait doucement le mélange dans une brouette, il fallait faire attention de ne pas échapper le volant sinon la bétonnière basculait et se vidait d’un coup.

heraime livrait donc à la brouette le béton pour les fondations,

medium_betonn2.jpg

Le camion bétonnière était trop cher..Auparavant nous avions mis les ferrailles dans les fouilles.

medium_fond3.jpg

Avec Jean on pouvait faire des dizaines de sac de ciment de 50 kg dans une journée. Aujourd’hui on fait des sacs de 40kg, c’est déjà plus raisonnable. A 9 h on mangeait notre casse croute et Jean m’offrait de son odieuse piquette à base de raisin bacco ; c’était imbuvable, seul son estomac supportait ce régime.

Ensuite on continuait jusqu'à midi et on déjeunait dans un petit café. On reprenait la même allure dans l’après- midi, un petit canon du chef toutes les deux heures, du bon, du bien frais nous encourageait pour la suite.

Les fouilles finies de couler, il faudrait bancher le sous sol, ça se faisait souvent à l’époque, maintenant on monte le sous sol en moellons de 27 cm d’épaisseur, plus besoin de coffrage.

Une fois les fouilles coulées (je me suis retenue d’une contrepèterie) Valery et Marius vibrant le tout, vérifiaient le niveau général de l’ensemble,

medium_fouilles.jpg

 Après avoir laissé sècher deux ou trois jours on serait d’attaque pour poser 2 rangées de moellons et  la dalle Rector de12cm (ou 16 cm)avec ses hourdis  et le grillage de gantois.

medium_dalle_rector.jpg

Et c’est grâce à cette bétonnière de 350 l qu’heraime allait se faire son premier lumbago.Heraime, comme à son habitude voulant faire le Malin (un comble pour quelqu’un qui croit en Dieu) avait décidé de déplacer celle-ci tout seul en la faisant pivoter.

Quelle erreur ; ça lui apprendra à faire le con.

Heureusement qu’il découvrira la tisane d’ortie mais 30 ans trop tard.A+....comme mon groupe sans gain identique à celui d'un célèbre auvergnat.

Commentaires

Heraime, te voilà reconverti .. j'attends ton 1er coup de truelle ..

Écrit par : michka | 09/08/2007

Héraine, je t'attend à Albi j'ai une dalle à couler, une surface raisonnable 500m2, le ciment en "toupine" étant hors de prix, ma petite bétonnière électrique de 12 litres fera l'affaire...
Que penses tu de mon offre?

Amitiés.

Jean Claude

Écrit par : Jérémie Ménerlache | 09/08/2007

Jean claude,t'es sur que ta bétonniere de 12 litres c'est pas le petit tonnelet qu'on attache au cou des saint-bernard.portes toi bien.

Écrit par : heraime | 09/08/2007

"les fouilles finies de couler"...bravo; digne du "Canard"
j'attends moi aussi un maçon pour des petits travaux...si ça t'intéresse...et j'ai mieux que de la piquette
adios

Écrit par : henri | 09/08/2007

C'est en maçonnant que l'on devient maçon..

Apprentissage sur le tas de sable.

bises

Écrit par : marie | 09/08/2007

Ok le " gantois " ne doit pas être de guingois ! bravo à Heraime maçon, et le prochain apprentissage ce sera ??? on attend la suite foi de bétonnière !

Écrit par : ngeorges2 | 09/08/2007

comme t'as dit Henri on est à la recherche de maçon pour des travaux.

Concernant le bouquet offert par Henri ce matin c'est du réel, enfin je fais semblant d'y croire !

bises de ta copine

Écrit par : roro | 09/08/2007

oh la la! je vois que JC te demande de lui donner un coup de main ou plutôt de truelle....

il devrait se méfier , après les écoulements ne vont pas être de niveau ,car la vue baisse avec l'âge et en plus tu approches de la retraite et c'est un bon moyen pour se faire un gros lumbago... mais avec ta tisane miracle tu dois être sur pied rapidement avec tous ces remèdes de vieux... hi, hi..
tu vois mes problèmes d'ordi n'ont pas altérer mon humeur , c'est plutôt la pluie . Il a plu hier comme pendant 30 jours . beaucoup de routes sont coupées ..

bises

Écrit par : ninette54 | 09/08/2007

Pour Roro et Henri cela aurait été avec grand plaisir,monter des murettes,j'adore.Mais attendez que je sois en retraite.Quand:that is the question?

Écrit par : heraime | 09/08/2007

Bravo pour cette grande page de ton histoire perso.Tu as bossé très jeune , même en devoir de vacances....Tu devrais bien gagner une retraite anticipée avec tous ces trimestres accumulés.Courage avec ton F.A.I.Tous bons à assommer ces fournisseurs....
1966....Un tournant dans ma vie ...C'est l'année ou j'ai connu les beaux mecs du Crabillou Village et j'en ai épousé un 2 ans plus tard.
Bises d'Auvergne

Écrit par : Allier-née | 09/08/2007

Ah:la contrepèterie,je l'attendais!mais comme tu deviens "réservé"....

Tiens,j'ai mis un petit mot chez l'Arverne pour te "défendre"..alors que tu ne le mérites pas:a-t'on idée de semer la zizanie chez Henri et Roro?

Allez, je te fais une bise en béton.

ta copine

betty

Écrit par : betty | 09/08/2007

comme dirait un chanteur "laisse béton"
ce soir on se gèle 8° dehors à 19 h et ça descend encore...mais ou va-t-on ?
les champignons doivent être bien au frais et les truites aussi
et moi je reste sous la couette......................bizzzzzzzzzzz

Écrit par : nanou | 09/08/2007

Ce n'est pas un travail de fainéant, il faut même avoir de bons biceps.

RM, VIVEMENT LA RETRAITE !

Écrit par : judith | 09/08/2007

moi aussi petit je passé mon temps libre du matin sur les chantier avec mon père et les après midi guide au château de Parentignat (63)
avec ma tête de cloon je gagné plus que lui sur les chantier avec beaucoup moins de risque pour le dos iiii
chapeau bas pour ton reportage
Claude

Écrit par : nunus63 | 10/08/2007

Pour Allier-née,heureusement pour toi que tu n'as pas choisi Crabillou,quel bordel,un homme pareil,quel mérite pour Laurence,enfin si j'avais été à sa place,j'aurai choisi un vrai de vrai,un forezien par exemple.Enfin,ce que Jean dit : pour le reste de ta question j'ai bien acheté quelques trimestres,mais on m'a refusé une année parce que la personne chez qui je travaillais était en retraite et ne cotisait plus.C'est des vacances dont je n'ai pas parlées.

Écrit par : heraime | 10/08/2007

"Un Forézien au travail ne doit dire aucune parole blessante au sujet d'un Arverne en vacances ".....Proverbe de Vercingétorix

Écrit par : Allier-née | 11/08/2007

Bonjour Compadre,

Félicitations pour une gâche de première classe. Tu étais moderne avec une bétonnière à moteur. Le premier stade que j'ai connu dans les Travaux Publics était la tôle !!!! Oui, on mélangeait à la pelle le béton sur deux tôles de 2mx1m soudées pour faire un carré. Sable et graviers mélangés à sec, puis ciment versé et mélangé à nouveau. formation d'un cordon comme un atoll et versement de l'eau au centre. mélange par l'équipe de 4 sans perdre de l'eau et transport à la brouette comme toi. Avec ça, on a coulé des massifs de pieux dans tous les continents.

Puis est venu la bétonnière à main, tournée par une manivelle, et enfin celle à moteur.

Mais je n'ai fait partie des manieurs de pelles qu'occasionellement. Pas assez doué pour cela !

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 12/08/2007

Ce n'est pas bien de rire du malheur des autres, surtout des gars au boulot, mais ta façon de raconter qui n'appartient qu'à toi me fera toujours glousser devant l'ordi... Dur labeur ! alors là, je ne dirai plus à quelqu'un qu'il est un goujat, je lui dirai que c'est un s...pard ! trop de respect pour les goujats de ton espèce. Bises de miche

Écrit par : miche | 12/08/2007

Perdu Betty :Non non, pas possible de se les fouler.
_____________________________________

par contre je découvre avec passion:
hourdis, bacco, gantois, et lumbago,
non, celui-là,je connais !
Accident du travail? Ne me fais pas rire!
Bisous mon incomparable Arverne Heraime! Je t'ADORE!

Écrit par : framboisine | 14/08/2007

Héraime, un Arverne ?
As-tu lancé une procédure d'adoption? Tu vas te retrouver Auvergnat sans le vouloir .Cette loi faisant du Forez une colonie auvergnate va être votée pendant les vacances de Crabillou qui n'est pas là pour garder la frontiére.
Bises

Écrit par : Allier-née | 15/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique