logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/12/2008

bis TAG

MONIQUE M'A TUER (Tagué,pardon )

souvenir de fin de vacances.

La lumière diaphane du petit matin faisait perler la rosée du pré pentu sous nos pieds ,Joseph ,mon oncle ,le béret vissé sur la tête et la main posée sur mon épaule admirait la crête de la montagne à perte de vue.-C’est la haut ,vois tu que tu dois passer pour rentrer chez toi ,entre ces deux bois ,c’est la , que la route passe .Tu suivras les prés jusqu’au fond du vallon en suivant le ruisseau ,fais attention aux vipères ,puis au pont tu prends la route qui monte. Quand tu seras la haut ,tu auras fait 5 km ,il t’en restera autant pour arriver chez toi ;mais ce sera toujours de la route. Heraime leva la tête ,une tendresse infinie se lisait dans ses yeux ,il savait que les vacances étaient finies ,il fallait rentrer à la maison .Je crois bien que les yeux de Joseph étaient mouillés eux aussi .Son petit neveu allait les quitter.

Bon je ne vais pas taguer tout le monde,il faut bien arreter un jour

Commentaires

Coucou !
Héraime plein de souvenir c'est connu et on recommence , hi ! hi ! hi ! Bizous Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 04/12/2008

J'adore ce petit passage. C'est de la tendresse plein le coeur - et plein les yeux - comme j'en ai vécu aussi.
Comme c'était dur de repartir. Bises Héraime et Merci. Monique

Écrit par : monique | 04/12/2008

C'est tellement tendre, tellement bien raconté que j'en suis toute émue. Je me demandais si ce n'était pas George SAND qui racontait... Bises de miche

Écrit par : miche | 05/12/2008

les beaux souvenirs de notre ami Héraime on ne s'en lasse pas et on en redemande amitiés à toi et à marie-Jo astrée

Écrit par : astree10200 | 05/12/2008

Chaque fois que tu racontes, je suis une fan inconditionnelle....merci c'est tellement plein de sentiments non exprimés qu'on les voit rien qu'en te lisant...

Écrit par : Anne Marie | 07/12/2008

Sacré poète, va, dans tes souvenirs d’estive avec ton oncle et ta tante, dans leur buron de montagne. Je suis sûr qu’ils te regardent encore avec beaucoup de tendresse.

Les grillons vous saluent tous, avec une mention au papa.

Écrit par : Christian | 10/12/2008

Nous avons tous besoin de poètes pleins de tendresse, comme toi, ces quelques lignes m'ont beaucoup émue...on te reconnait bien là....



Bises Hélène

Écrit par : hélène | 10/12/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique