logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/02/2007

le BACCHANUS? ..VELO POUR MICHKA

Pour MICHKA qui collectionne les vélos.

Celui de heraime,il s’appelait le bacchanus.Bien qu’à l’époque épique ,

bon je sais j'aurais pu (les porcs-épics)  il ne buvait pas de vin ,ni ne faisait de bac anal..

Et voici un vélo qui n’est pas prêt d’être égalé. En effet quand heraime avait dix ans dans

Une décharge publique il avait trouvé un vieux vélo mis au rebut par je ne sais qui.

On avait pas les moyens d’en acheter des neufs.

Marco,mon terrible frère à faire faire des conneries m’avait dit :tu n’as que le droit d’aller rouler dans

Les fossés,pas sur la route,tu n’as pas de chambre a air,pas de pneus.heraime n’avait pas besoin

D’accessoires superflus.Il connaissait les fossés comme sa poche.Marco lui disait :lâche une main,

Heraime toujours obéissant à la voix hiérarchique obéissait.Lâche deux mains,ça allait encore,mais

Quand il annonça le troisième commandement les choses se gâtèrent :lâche un pied,après les deux mains.

Et là le vélo fit ce qu’il avait à faire,c’est à dire demi tour.

Heraime se retrouvait planté sur la tête qui se mit à saigner,le vélo au dessus de lui et voyez

Braves gens dans quel état il se trouve....le vélo!!!

Si c’est pas malheureux………..d’être aussi con.

Pauvre MICHKA , tu parles d’un cadeau d’archives.

medium_ogives_radar_192.jpg

04/01/2007

Médor

C’était mon toutou à moi, quand j’avais quatre ans. Et à mes frères aussi.
Médor,il s’appelait médor,moitié golden retriever, moitié labrador, moitié corniaud.
(Oui bon, je sais, ça fait trois moitiés ; franchement ou est le problème ?)
Ça vous est jamais arrivé de partager un gâteau en trois ???

L’œil vif, brillant, en un mot intelligent, il ne pouvait laisser personne indifférent.
Il était de tous nos jeux, de toutes nos gamineries, de toutes nos polissonneries.
On lui lançait un bout de bois, il courrait à perdre haleine et nous le ramenait en secouant la tête.
Attendant les caresses que nous ne manquions pas de lui distribuer comme des bons points par la maîtresse d’école.
C’était un amour de chienchien,heraime encerclait de ses deux petits bras Médor qui le lapait à grands coups de langue.
Et pourtant !!!
Et pourtant il faillit bien tuer heraime un certain jour !
Le brave toutou n’y était pour rien. Admirez sa bonne tête.(photo google)
medium_medor.2.jpg
Médor n’avait rien d’un tueur, il n’y avait pas plus joueur que lui.
Faut que je vous explique : père nous avait fait un beau jouet, une carriole en bois avec deux roues en bois aussi,
Un timon avec deux poignées ; en fait, cette carriole ressemblait aux remorques attelées derrière les vélos dans les années 60.
Marco mon frère plus âgé que moi de prés de deux ans promenait heraime sur la place du village de chatelneuf, près de la croix.
La place du bourg comportait une déclivité importante avec à son point le plus bas un talus de trois mètres de hauteur.
Au dessous du talus se trouvait l’église dont père avait rénové la façade deux ans plus tôt.
Marco, il faut bien le reconnaître était un spécialiste en son genre pour faire faire des conneries à René
et le faire gronder par ses parents plus souvent qu’à son tour.
Il avait donc eu une idée qu’il jugeait sans doute lumineuse sur le coup ;
c’était d’atteler Médor à la carriole, en y laissant bien entendu heraime dedans.
Accrochant la carriole au cou de médor par une ficelle, marco se sentait fier de l’exploit qu’allait accomplir le petit rené
sans que celui-ci ne se doutât de rien.
Prenant un bout de bois, il le lança en aval vers l’église en disant : médor, va chercher.
Médor, comme le bon chien obéissant qu’il était devenu, exécuta l’ordre donné et sauta le talus
entrainant inexorablement heraime vers une chute inévitable et vertigineuse.
Heraime à quatre ans venait de faire le saut de l’ange, entre la croix et l’église et s’écrasa à un mètre des murs en pierre de celle-ci.
medium_toutes_mes_peintures_084.jpg

A un pouce près,(inche Allah)-
Dieu est grand, pas une égratignure le petit rené, les anges veillaient sur lui,( nanou n’était pas encornée.)
(M’en veux pas petite sœur) c’est la revanche du coup de patte de muguet,heraime est resté empatter au niveau de la ceinture depuis.
Entre les croix et les églises heraime vit que dieu était grand ;l'église de chatelneuf(photo heraime)

medium_toutes_mes_peintures_087.jpg


Il se devait bien d’être plus tard un enfant de cœur digne de boire le vin blanc du curé.
Quand on est passé si près de la mort, plus rien ne peut te faire peur. Tu regardes la vie en face. Et forcement tu tournes le dos à la mort.
Médor avait fait son boulot,heraime avait fait le sien, celui de rester en vie pour faire rire les blogueurs(ses)une fois de plus.
Heraime est coriace, qu’on se le dise ; la couenne aussi dure que celle des bons cochons de la montagne.
Médor était un amour de chien, chaque matin il écoutait père partir, avant jour, pour faire son métier de maçon,
Il allait l’attendre chaque soir, faisant parfois deux kilomètres pour suivre sa moto.
Il savait toujours, et ne se trompait jamais, de quel côté il fallait aller attendre mon père.
Le boulanger passait une fois par semaine et Médor reconnaissait sa voiture à son bruit, il allait à sa rencontre.
Une fois, une seule, il fit l’erreur de sa vie. Le boulanger avait un quart d’heure d’avance, médor fut si surpris qu’il courût à la route plus vite que d’habitude, le boulanger ne pût l’éviter, médor passa sous les roues de sa camionnette.
Le boulanger était éffondré.Tout le monde pleura médor, on l’enterra au fond du jardin.
Depuis cinquante ans , il y repose en paix .Tu nous manques médor,tu nous manques.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique